Comment faire un test de paternité prénatal ?

La période la plus précoce pendant laquelle un test de paternité peut être réalisé est le 9ème semaines de gestation. Le test de paternité prénatal est effectué en prenant un échantillon de sang de la mère et du père présumé. Ce type de test est non invasif et ne présente aucun risque pour le bébé. Voici comment faire un test de paternité prénatal.

Déroulement d’un test de paternité prénatal

Pour effectuer un test ADN prénatal, un échantillon de sang de la mère ainsi qu’un échantillon d’ADN du père est prélevé. L’ADN du bébé est présent dans le sang de la mère après neuf semaines de gestation. Les deux échantillons de sang sont prélevés par un collecteur ou infirmier agréé. Une fois l’analyse effectuée, les résultats peuvent être disponibles 7 à 10 jours après le test. Le laboratoire demande généralement que le groupe sanguin de la mère soit fourni aux spécialistes de la clinique avant d’effectuer le test. D’autres éléments tels que deux photos de passeport et une pièce d’identité avec photo peuvent également être requis. Le test de paternité prénatal à un taux de précision de 99%. C’est-à-dire que la probabilité que le père présumé le soit réellement est de 99% si le test est positif. Dans certains cas (environ 5%), ce test ne peut pas débuter tant que la mère n’est pas enceinte de 16 semaines. Cela peut être dû à la difficulté d’accès au placenta à cause d’un mal positionnement. Dans ce cas, le laboratoire peut effectuer une amniocentèse pour établir le lien de parenté.

Si ces deux tests de paternité prénataux ne peuvent pas être réalisés, il faut attendre la naissance de l’enfant et demander un test de paternité sur écouvillon buccal. Ce test de paternité nécessite que des échantillons buccaux soient prélevés sur les participants. Un échantillon peut être prélevé sur l’enfant dans l’heure qui suit sa naissance. Les résultats peuvent être disponibles dans les 3-5 jours ouvrables après le test.

Résultat: une paternité pratiquement prouvée

Dans un test de paternité ADN ainsi que dans un test de relation ADN, le profil génétique des sujets sont comparés pour déterminer si les participants sont liés ou non. Cela se fait par une comparaison des marqueurs ADN. Pour un test de paternité, le laboratoire teste au moins 21 marqueurs ADN afin de déterminer la paternité. S’il y a plus d’un père présumé et que ces derniers sont liés, il est nécessaire de le faire savoir au laboratoire. Des analyses supplémentaires doivent être effectuées pour déterminer le véritable père. Pour un test d’ancêtre ou de descendance, les laboratoires utilisent un test plus complet car les participants ne sont souvent que des parents éloignés. Il faut donc tester le marqueur 26 – 45, voire plus, pour déterminer les liens entre les participants.

Si, après le test, la paternité d’un père présumé, n’est pas exclue, le laboratoire réalise un calcul de probabilité biostatistique. Cela permet de prouver une probabilité de paternité supérieure à 99,9% dans les cas de déficience. Un tel résultat est appelé “paternité pratiquement prouvée”. Si la mère prend part au test ADN, le résultat statistique de probabilité peut être augmenté à 99,999%. En savoir plus sur le site de Génération ADN.

Résultat: Paternité exclue

S’il existe des marqueurs génétiques dans le profil ADN de l’enfant qui ne peuvent pas être trouvés dans le profil du père présumé, cette personne ne peut être le père biologique de l’enfant.

Pour un test de paternité à deux ou trois participants, les laboratoires testent 21 à 31 marqueurs ADN. L’enfant hérite de la moitié de son ADN de la mère et de l’autre moitié du père. Si la mère et le père présumé sont les parents biologiques de l’enfant, son ADN doit correspondre à celui de ces derniers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *